Club Unesco du Centre d’Action Femme et Enfant/ONG

Club Unesco du Centre d’Action Femme et Enfant/ONG
Just another Blogvie.com weblog

ONGCUCAFE

mai 19th, 2009

Historia Breve

pixel.gif
Bienvenida
¿Que somos ?
Investigación
Grupos de Trabajo
Funcionamiento
Newsletter
Red
Seminario Rennes 2008 30-31 Oct-Indicadores
Club de gobiernos locales
Juntar PEKEA
Historia Breve
Pekea-doc
Vinculos
Publicaciones

Les tableaux de données ne sont pas toujours affichés correctement prière d’accepter nos excuses
Tables with figures are not always displayed correctly please accept our apologies

Last modified
comm/H-1-Kadima.html
11-12-2003 22:38

  pixel.gif   Printable version

Pour la Paix et la fraternité : initiation à la non violence

La problématique du mécanisme de la paix : gage de l’économie,
de la non-violence et de la mondialisation.
La liberté, l’égalité et la fraternité gage de la bonne compréhension,
de l’écoute des hommes du monde.

Professeur Victor KADIMA

Ce mécanisme donne un sens solide dans la combinaison d’esprit comme celui d’une horloge auquel le premier atelier peut réfléchir, c’est-à-dire pénétrer le sens de démontrer le mécanisme.

Le bon sens de la liberté de l’esprit des hommes constitue un mécanisme délicat dit “mécanisme économique”.

La compréhension de ce mécanisme comme mode d’égal en ce qui concerne leur fonctionnement voudrait faire assimiler aux humains que leur ‚change est issu d’une même combinaison biologique et constitue un processus auquel nous sommes en train de reconstruire ce jour comme même pensée humaine dite “mécanisme de la parole”.

Au cour de cette réflexion, certains amis trouveront que la combinaison de la totalité de mouvement physique par exemple, constitue un phénomène qui peut-être ramener à une expression saine entre les humains et qui donne un sens de vie conviviale plus large et qui, minimise ou réduit par la suite les frontières entre les hommes. c’est le caractère qui justifie la naissance d’un comportement serein que décrit aujourd’hui notre séminaire international.

Si leur vie conviviale peut remplir son office, alors pour prétendre être libre, être égal, ou être fier ! Bref pour agir dans ce comportement, nous mettrons en proposition un but et aussi un plan, puis nous passons au mécanisme par la réalisation ; qui règle et qui transforme tout mouvement lié au comportement qui donne à l’individu une impulsion d’un sens fraternel, qui n’est qu’une combinaison naturelle de toutes les pièces qui conduisent à la paix durable sans âme et accomplit les œuvres d’un homme ( liberté, égalité, fraternité…). Car le fait d’agencer ou de combiner plusieurs éléments de la culture conduisent à la paix.

Voilà pourquoi, ce séminaire culturel ou de haute culture trouve sa bonne place dans la mondialisation qui est un défi à la société humaine.

Notre réflexion de la nouvelle culture pour ce monde sera inhérente, car nous sommes tous appelés à penser à l’ unité de l’humanité tout en conservant la diversité. Ici une question de réflexion ira à la différence entre les peuples. « Qui nous conduit à affirmer que l ‘homme est un être de culture », cette réflexion démontre que l’homme s’adapte à son niveau et à lui-même aussi c’est-à-dire à ses besoins, à ses projets. C’est là la transformation de la nature qui est interprété par la culture.

Hors, lorsque nous parlons de culture, nous faisons appel à une évolution historique liée à une pensée sociale de l’idée moderne de culture.

Quand bien même nous parlons de la liberté, de l’égalité ou de la fraternité à la rencontre des cultures avec des modèles très variés mais qui aboutit à un résultat très contrasté de part leur contact. Nos recherches à ce stade, vont sur l’acculturation pouvant nous permettre d’aller au delà des idées reçues sur les propriétés de la culture.

Ici, nos pensées peuvent aussi démontrer que la culture est au centre de la sécurité globale des groupes sociaux hiérarchisés entre eux. Notre réflexion va de la hiérarchie sociale qui détermine la hiérarchie culturelle. Ceci démontre à suffisance que la culture du groupe qui domine détermine le caractère des cultures des groupes sociaux dominés.

C’est ici, la naissance de la violence, des conflits, des palabres auxquels la culture des classes populaires sont dépourvues d’autonomie, et de la capacité de résistance. Qui constitue actuellement un défi à relever , car tous ces mots sont associés aux idées de progrès attendu par civilisation c’est-à-dire par culture égal progrès individuel, alors que civilisation égal progrès collectif.

Qu’adviendra-t-il lorsque tous ces concepts s’opposent comme par exemple, liberté s’oppose à l’égalité, la culture s ‘oppose à la civilisation comme s’oppose à la profondeur s’oppose à la superficialité .
Ici l’humanité est obligé de reconnaître sa noblesse comme étant civilisée mais manque singulièrement de culture. Le défi lancé par ces concepts démontre qu’en l’absence de la bonne réflexion qui peut rapprocher les bons sentiments conduit l’humanité au chaos, conflits et guerre de tout genre.

Nous serons tenus au cours de cette réflexion de comprendre à l’ordre du jour pour la paix durable et économique qui nous a maîtrisé la signification de chaque concept qui n’est qu’une culture de la société humaine à étudier.

Dans la partie B de notre approche nous verrons comment tous les concepts utilisés précédemment et les objectifs du séminaire peuvent être considérés comme concept, ou de la formation pour une économie durable entre communauté et ouvre la voie de la mondialisation entre systèmes de reproduction pour l’unité du monde.

Ici, chaque individu s’atèle à la formation de la reproduction de sa production comme disent les africains.

Une éducation n’est qu’ un reflet de l’invitation qui voudrait dire apprendre à quelqu’un à devenir maître de quelque chose comme avoir la liberté ou de devenir frère de quelqu’un d’autre c’est-à-dire à devenir une meilleur connaissance, en favorisant l’échange d’égal à égal comme des données d’expériences sur base bilatérale.

Cette réflexion conduit à la formation d’adultes en vue de faciliter le développement de diverses formes de contact et de coopération entre individus.

La réponse à cette réflexion conjointe réalisé par les ateliers intéressés ou par l’échange dans le couloir d’information sur les résultats des expériences des autres facilitent d’un côté le lien solide dit ciment qui existe entre l’union des pensées d’individus pour atteindre l’objectif du PKEA

Voilà pourquoi, à ce jour PKEA, intensifie l’échange d’information relative à l’éducation de la nouvelle classe pour un niveau millénaire qui se distingue par une acquisition des connaissances et d’expérience pertinente de tous les concepts qui nous conduisent à l’économie durable spécialisée.

Le besoin du développement économique et social entre communauté (individus) encourage les échanges d’expériences en atelier ou en focus groupe pour une compréhension internationale, en se référant particulièrement aux grands problèmes de l’humanité dont la solution appelle une approche commune dite ciment entre communauté intellectuelle et une plus large coopération internationale.

Les conclusions de l’atelier nous nous conduisent à l’esprit d’accroître la possibilité de mettre ensemble la connaissance mutuelle et de faciliter la présentation de nos expériences positives des informations sur les innovations techniques dans le domaine de la formation.

Cet arsenal de concept conduit l’humanité, la communauté à rechercher la paix (c’est-à-dire la non-violence) dans le système de valeur qui réussi nos communautés.

La paix = absence de la guerre des pensées c’est-à-dire cessation des hostilités. Ce qui veut dire l’état de concorde entre les groupes sociaux ou entre les membres d’une communauté.

L’expression vivre en paix avec son voisin, c’est-à-dire en paix avec sa conscience qui souligne la tranquilité, ce pour dire la paix des cimetières = l’état d’un lieu qui ne connaît pas d’agitation.

Toute cette recherche de ma part prouve à suffisance que parler de la liberté, égalité comme frère constitue un ciment économique entre communautés, qui démontre se réconcilier = faire la paix. La paix intellectuelle qui n’est qu’un état où chaque intellectuel se tient sur pied de non – violence intellectuelle.

Le manque d’organisation du cadre d’intelligensia inflige à l’humanité d’indicibles souffrances auquel le PEKEA se mobilise pour surmonter ce fléau. C’est la recherche du maintien de la justice de la justice et du respect des obligations nées des traités et d’autres sources de droit à la formation des adultes au plan international.

Ceci favorise le progrès social, intellectuel et instaure des meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Toutes les résolutions de système de vie ont pour finalité la pratique de la Tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinage. C’est unir nos forces intellectuelles pour maintenir la paix et la sécurité internationales dans un intérêt commun.

Cette disposition finale et économique recourt et favorise au niveau international le progrès économique et social de la communauté.

C’est ainsi que l’enjeu de notre INGD en .. réside dans la mise sur pies comme résultat attendus des stratégies sociaux intellectuelles du contexte culturel et de la formation à donner pour toute fin utile.

Voilà pour quoi la problématique ce cet atelier séminaire réside dans la construction d’une société comme fruit de la paix. Quels mécanismes de la culture, de l’égalité, de la tolérance, de la non-violence, de la liberté, de la fraternité dont nous avons besoin ?

C’est ainsi que ces mécanismes seront allongés au niveau international afin de pouvoir concrétiser des solutions universelles applicables à des situations concrètes.

Nous devons y aller par des méthodes d’observation participative, auxquelles nous invitons nos frères à la conquête de la formation des adultes comme gage de la mose critique pour la paix dans la monde des intellectuels.

L’apprentissage de la non-violence évoquée précédemment semble être déterminant pour construire un monde fraternel durable.
L ‘éthique de valeur intellectuelle de la non-violence appelle à éduquer les individus et leur montrer les techniques de résistance non violentes pouvant désamorcer cette campagne en vue d’aider la population opprimée intellectuellement à se hisser sur le chemin de la mondialisation en vue de se défendre.
Concrètement ,nous voulons dire que les communautés intellectuelles ou non doivent se faire accompagner des défenseurs intellectuels qui recouvrent en eux la liberté ,le sens de la fraternité et le droit de l’homme dans une longue démarche de dialogue et d’implantation de la société civile.
Ceci ,voudrait dire que l’action non-violente de la société civile ne pourra qu’être morale ,car il faudra éduquer les gens à se comprendre, à écouter et à se découvrir.
Cette disposition invite les communautés entières à comprendre que tout pouvoir conquis dans la violence disperse les bonnes idées et porte en lui-même le germe des nouvelles violences dans les pensées des individus.
Et que les échecs des enseignements pour la plus part des expériences soulignent l’impasse de l’expression : Liberté, égalité et fraternité .
Ce cadre nous rapproche à soutenir le renforcement du Droit International ,c’est à dire ,former et se former en vue de soutenir l’intelligence du peuple de par les expériences et vaincre les réticences de la médiocrité intellectuelle ,en faisant le pas vers le refus de l’impunité intellectuelle qui est un crime pour l’Humanité.
L’ONG CUCAFE souhaite et propose le respect dû à la formation des adultes pour le même idéal que poursuit PEKEA ;les règles et les enjeux de tous ,et développer une nouvelle éthique intellectuelle entre individus.
Avoir une pensée d’attention aux plus faibles intellectuellement et de créer une solidarité entre le monde des intellectuels et leur s communautés et de protéger l’environnement.
Pour cette faire ,la liberté de l’action non-violente où chacun dans sa vie est appelée à bannir la non-violence intellectuelle dans ses pensées et à considérer comme contraire à l’idéal de la paix.
Les modes éthiques font appel à l’intelligence et à la volonté d’écouter les autres par le dialogue d’ensemble et apprendre à faire confiance aux autres ,c’est à dire avoir l’impulsion de sortir de l’égoïsme intellectuelle de nos intérêts individuels ou de groupes et renoncer à des avantages indus.
L’humilité de ne pas pouvoir œuvrer positivement pour l’intérêt ,dans la solidarité avec tous en vue d’aboutir à la fraternité recherchée.

Prof. Victor KADIMA
Modératrice : Mme Georgette BILONDA

BILONDA Georgette

mai 19th, 2009

 What is the name of your company or organization?
CLUB UNESCO CENTRE D’ACTION FEMME ET ENFANT ,en sigle C.U.C.A.F.E, une ONG de développement
What is your position in your company or organization?
Présidente de l’ONG CUCAFE
What does your company of organization do?
UNE ONG DE DEVELOPPEMENT ACCREDITEE AUX NATIONS-UNIES (WWW.UNCCD.INT WWW.UNFCCC.INT)
Expert dans la formation et la sensibilisation sur la conservation et la protection de l’environnement
In which African countries does your company or organization operate?
Congo Brazza.
Co fondatrice et Présidente du Réseau des ONG de l’Afrique Centrale de Lutte Contre la Désertification en sigle RONGAC/LCD
CUCAFE,membre de RACC Réseau Africain des Communautés Climatiques

LA DÉGRADATION PITOYABLE DU SITE MASIKITA ET DES ENVIRONS DE L’IPN/BINZA A KINSHASA
Par Géorgette Bilonda Mpenda  CUCAFE, R.D. Congo
1. Climat  de la capitale (Kinshasa) R.D.C.
Située à la sortie du Pool et au début des puissantes cataractes qui arrêtent la navigation vers l’aval, Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo s’étire le long de la rive méridionale du Pool Malebo (Stanley Pool), en face de Brazzaville.
D’une superficie de 10.725 Km2, Kinshasa est une plaine marécageuse et alluviale dont les coordonnées géographiques suivent :
- Latitude sud : 4° 19’ 45’’
- Longitude est : 15° 18’ 15
L’altitude de ses collines (Mont – Ngafula, Mont – Amba, Mont – Ngaliema) et celle de ses
plateaux (Kimwenza, Binza…) varie entre 310 et 635 m.
Parmi ses importantes rivières, on retiendra la Ndjili, la Nsele, la Funa (et ses affluents la Bumbu et Yolo), la Gombe, la Lubudi, la Mampeza, la Binza, la Lukunga….
Son climat tropical chaud et humide est variable : lourd et chaud dans la plaine (à cause du
déboisement) mais plutôt doux dans la région des collines. Comme l’ensemble du pays, Kinshasa connaît deux saisons : sèche (mai – septembre) et pluvieuse (octobre – mai). Avec l’état de guerre,l’exode rurale et le manque de statistiques fiables, il est imprudent d’estimer sa population.
2.Description des fléaux et /piste des solutions
Kinshasa est sous l’emprise des fléaux énormes qui le rongent le déshabillent du jour au lendemain. Deux de ces fléaux ont retenu notre attention : - l’insalubrité et les ravins « Pas un pas sans un sachet » est le slogan, le mot d’ordre que les enfants de la rue, les élèves et leurs encadreurs sous la direction de l’ONG-D/CUCAPE ont utilisé pour rassembler, déterrer, brûler.
2. 1  - Lors d’une séance de vulgarisation et de sensibilisation sur la désertification dans la Commune de Lingwala, les participants ont signé une pétition compte tenu des propos convaincant de  Georgette BILONDA, Présidente de CUCAFE pour recycler les déchets ,prévenir les piqûres de moustiques et éduquer sur l’adaptation naturelle à la chaleur.
Ce serait, avait – elle dit, la solution globale la plus conforme aux lois de l’écologie ; autrement dit il faudrait imiter la nature dans laquelle tous les éléments sont réutilisés dans les différents cycles biochimiques.
En récupérant une tonne de vieux papiers pour refaire un papier neuf, on épargne une vingtaine d’arbres ; de même, dans les automobiles jetées à la ferraille, on peut récupérer certains métaux et d’autres matériaux. Les boîtes métalliques usagées peuvent servir à en fabriquer d’autres etc.
La dernière proposition collective était l’achat d’une parcelle poubelle ,pouvant engager 4travailleurs  , les habitants de Lingwala et des environs y déposeront les déchets domestiques et industriels moyennant un payement dérisoire pour le traitement de ces 4 travailleurs qui, à leur tour, se chargeront d’extraire des déchets, selon la nature, les cailloux pour les revendre aux maçons ; les feuilles d’arbres mortes pour fertiliser nos champs potagers et les sachets d’emballage pour être brûlés…
Ainsi donc, comme la désertification n’est pas seulement dans le désert, notre dèfi ,c ‘est une lutte contre la pauvreté, rassemblons – nous car la victoire est de notre coté.
2.2  - Le deuxième fléau est la prolifération des ravins sur presque toutes les collines décrites dans l’introduction de cet article. Ces ravins qui emportent maisons,églises, routes et quartiers se situant sur leur passage commencent à inquiéter la vie des paisibles Kinois.
Une partie du boulevard Lumumba, aux environs de l’ex-Domaine Présidentiel de la N’sele est tombée dans un trou ; la route By-Pass dans la commune d e Mont – Ngafula était coupée en deux par un ravin ; la Paroisse Catholique Saint-Sacrément est menacée tandis qu’une école Kimbanguiste qui se trouvait sur l’autre bord de la route Matadi qui le séparait de la paroisse ici citée est déjà tombée dans le ravin, le quartier MASIKITA en face de l’Institut Pédagogique National de Binza s’est vu transformé en une misérable contrée des ravins sortant sur 3 axes différents ,emportant  maisons, gigantesques villas de grands dinosaures du régime défunt de la 2 ème République.
S’informant pour mener ses investigations, le Comité de Gestion de CUCAFE a récolté des
habitants de MASIKITA, deux types de causes majeures, l’un superstitieux et l’autre purement scientifique.
Pour les uns, depuis l’époque coloniale, l’urbanisation de Kinshasa oblige les riverains à céder
leurs terres (villages) aux établissements européens moyennant des indemnités dérisoires. Cela cause une frustration des indigènes qui font naître des ravins partout où ils sont chassés.
Pour les autres, la façon dont les avenues sont tracées sur ce site, les constructions anarchiques et l’indifférence de grands BWANA (riches) du quartier sont les causes premières de ce fléau.
Entre temps, selon l’idée du KIT pédagogique sur la désertification, des centaines de jeunes plants sont conservés  dans des écoles informées de Lingwala, apportés par les jeunes enfants pour une expérience prochaine.
3. POÈME : LE RAVIN RAVAGEUR
Elles sont dans le sable ensevelies pêle-mêle et sans bière
Sans dessus sens dessous
Elles sont portées précipitamment
Ces belles maisons, des gigantesques villas.
Qui embellissaient le quartier MASIKITA.
Et que des yeux, tu cherches
Effondré et prêt de tomber d‘effroi
Fané, confus et incapable devant le désastre
Ce trou béant qui est venu de l’indifférence
De l’imprudence, de l’anarchie urbaniste
Ces maisons là sont tombées, ne le regrette
MASIKITA a perdu son beau costume d’entant
Ordures, épaves et carcasses des vieilles voitures
Viendront remplacer les gigantesques villas
Ils nous amèneront moustiques, malaria et typhoïde
Oui, ils ont caché l’épidemie
Indifférents au cri de la terre
Ils ont nié le pire
Peuvent – ils aujourd’hui cacher la mort ?
Renier alors le désastre ?
Riches et pauvres de MASIKITA
Egalité établie
Rebâtissez en ordre, canalisez les eaux des pluies
La terre a ses lois, ses règles, ses caprices
Elle se fâche aussi, se fait violence en silence
Bouchez les petits trous au bas de la vallée
Plantez la pelouse et ne marchez pas dessus
Reboisez les bas lieux où vont les eaux de nos toits
Prenez – y garde, chaque fois qu’ils se fendent
Petits trous deviendront grands
Et les gens n’en font pas attention
Allons, se disent les MASIKITA Kinois
Portons plainte contre les ravageuses pluies
Sans logis, elles nous ont rendu pauvres
En ces termes, elles se défendent
En perpétuelles immigrations je suis un voyageur
Du ciel au ciel passant par le sol
Coulant, visitant les couches perméables de la terre
Coulant et jaillissant en sources nouvelles
J’amène avec moi ce que les hommes négligent
Milliers et milliers de grains de sables m’accompagnent
En amont ou en aval, oui je creuse des trous
Je change l’écosystème, l’arable change
Car les humains empêchent mes gens de passer
Les désorientent ou veulent les arrêter
Si vous le voulez bien
Dites – le
Et je ne viens plus sur la terre
Alors ce serait la sécheresse
La désertification
Et la terre meurt.
Auteur :Géorgette BILONDA MPENDA
N.B: Ce poème est un message pour la prise de conscience de ravage, de la pauvreté, bref de la désertification. C’est un appel au combat dans la lutte contre la désertification et le changement climatique .

 

La Cinquième Conférence des Parties (CdP-5) de la Convention sur la Lutte contre la Désertification (CCD) s’est déroulée au Palais des nations à Genève, en Suisse, du 1er au 13 octobre 2001. Près de 150 pays ont assisté aux travaux de cette conférence qui avait pour thème principal, la détermination des modalités devant régir le travail de la CdP durant l’intervalle des deux années qui nous sépare de sa prochaine session, prévue en octobre 2003  La CdP était organisée dans le cadre du thème général Pauvreté et Environnement et dans la perspective des préparatifs du Sommet Mondial de 2002 sur le Développement Durable (SMDD). Les préparatifs ont été entrepris à travers une séance de dialogue avec les ONG, un Segment Spécial de Haut Niveau et les réunions parallèles de la Commission sur la Science et la Technologie, la quatrième Table Ronde Inter-parlementaire et le Panel des Personnalités EminentesVendredi 12 Octobre 2001
Lors de la dernière journée des travaux, le démarrage des séances de la GC et  de la Plénière a dû être reporté, d’abord, à l’après-midi, puis à tard dans la soirée, et enfin aux premières heures de la matinée du samedi, pour permettre aux groupes de contact sur la question du comité chargé de l’évaluation de la mise en application de la CCD (CRIC) et sur celle du programme et budget, de poursuivre leurs négociations


Le groupe de contact sur le CRIC during les négociations informelles

 


Willem van Cotthem, Belgique (à gauche)


Timo Maukonen


Per Rydén, Directeur Général du Mécanisme Mondial


Des délégués en discussion, en début de soirée

 

BNT SOMMAIRE


ENB’s SUMMARY


ENB Daily Reports

Fri 12

Thu 11

Wed 10

Tue 09

Mon 08

Fri 05

Thu 04

Wed 03

Tue 02

Mon 01

BNT (Français)

Ven 12

Jeu 11

Mer 10

Mar 09

Lun  08

Ven 05

Jeu 04

Mer 03

Mar 02

Lun 01


* To view PDF files, you will need the free Adobe Acrobat Reader. * Pour pouvoir visualiser les Fichiers PDF,  vous avez besoin du lecteur Adobe Acrobat disponible gratuitement. * To listen to Real Audio files, you will need the free Real Audio player.

* Pour pouvoir écouter les enregistrements Real Audio, vous avez besoin du lecteur Real Audio disponible gratuitement  


J.N de Klerk, Chef de Projet, Direction des Affaires Environnementales, Namibie


J.G.S Steenkamp, du Ministère de l’Agriculture, de l’Eau et du Développement Rural, Namibie


Des participants du Groupe Africain


Traore Fanta Keita, Mali

 


Georgette Bilonda, Congo

c.v

mai 19th, 2009

CURRICULUM VITAE

I.            IDENTITE

Nom                              : BILONDA

Post-nom                        : MPENDA

Prénom                           : Georgette

Date et lieu de naissance : 18 février 1956 à Kinshasa

Etat civil                       : mariée et mère de 10 enfants

Province d’origine            : Kasai-Oriental

Nationalité                    : Congolaise (R.D.C)

Adresse                          : 2, av. Boende Commune de Limete

Contacts                         :Tél.0812900766–0999359002-0999579411

e-mail                            : cucafe_ong@yahoo.fr , rongac_lcd@yahoo.fr

II.            CURSUS SCOLAIRE

  • Primaire : 1968, Institut  Jean Baptiste de MIBA / Mbujimayi

               CERTIFICAT

  • Secondaire : 1970-1976, Lycée Ntima-Usonga de Kimwenza

                         Section  Pédagogie Générale/DIPLOME D’ETAT

  • Universitaire : 2006, Institut Supérieur Pédagogique de la

                            Gombe(ISP/G)Géographie et Gestion

                           de l’Environnement/DIPLOME

III.      FORMATION PROFESSIONNELLE

Ø      1988 : Diplôme en coupe et couture   SINGER/Kinshasa

Ø      1991 : Certificat en cours Biblique    Emmaüs/Suisse

Ø      1995 : Brevet  d4initiqtion en informatique  Sinaa/Roumanie

Ø      1996 : Brevet dans l’encadrement de la jeunesse

Ø      1997 : Brevet en Encadrement des noyaux pour les Maternelles

Ø      1999 : Brevet en Education sanitaire  Palais du Peuple/Kinshasa

       

      Plusieurs séminaires, colloques, conférences et formations au niveau national
      et international en matière culturelle, sociale, économique, maîtrise des   
      espaces et sinistres

    (Congo, Roumanie, Suisse, Ghana, Cameroun, Gabon, Espagne).

III.       PROFIL

v     Formateur en Education sanitaire, alphabétisation, maternelle, gestion
des projets et assainissement du milieu

v     Compétence en matière de confection et création de mode d’habillement

v     Expert en phénomène de désertification, changement climatique et
biodiversité

v     Animateur en développement communautaire et chef scout

v     Professeur de Géographie et de l’hygiène sanitaire (secondaire)

VI.             EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

v     1986-1990 : Chef de confection d’habillement pour tous

v     1991-1998 : Chef d’Etablissement maternel et primaire

v     1994 à nos jours : Présidente de CUCAFE

v     1995 à nos jours : co-fondatrice de plusieurs associations, ONG, petites et
moyennes entreprises

v     1996-1998: Coordinator TRICKLE UP/New-York en R.D.C

v     2002 à nos jours : Secrétaire Exécutif de MUNDA DIAMANT

v     2003 a nos jours  Présidente internationale de RONGAC/LCD

VI.  ACTIVITES PARTISANNES

  • Remise des Titres Honorifiques aux Lauréats Ambassadeurs universel de la non-violence depuis 2003 et jusque là 65 déjà ;
  • Remise des Titres Honorifiques aux Lauréats Ambassadeur mondial de l’Océan ; depuis 2008 ;
  • Remise des dons dans les églises, hôpitaux, orphelinats et homes des vieillards
  • Micro crédit aux groupes vulnérables dans la lutte contre la pauvreté.

VII.        LANGUES PARLEES

v     Français très bien

v     Anglais assez bien

v     Tshiluba très bien

v     Lingala très bien

Je certifie l’authenticité des renseignements ci hauts fournis.

    

                                      Fait à Kinshasa, le 02 Juin 2008

                                                          Georgette BILONDA MPENDA





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 27 articles | blog Gratuit | Abus?